bratata
Identification OPAC

logomamediateque2

Médiathèque départementale des Deux-Sèvres

Bibliothèques en Deux-Sèvres

Le département des Deux-Sèvres compte 155 lieux de lecture publique qui constituent le réseau desservi par la Médiathèque départementale : médiathèques, bibliothèques, points-lecture et dépôts. Cette densité de lieux permet à 82 % de la population d'accéder à la lecture dans sa commune. Le taux de lectorat, la population inscrite en bibliothèque, se situe dans la moyenne nationale et la jeunesse y est particulièrement représentée.

dsc 0025La journée du réseau des bibliothèques organisée par la MDDS le 18 juin 2015 était intitulée : " Lecture publique : l'atout des réseaux ". Le titre de cette journée marque la position de la BDDS sur l'intérêt de la coopération entre bibliothèques, dans le cadre de réseaux locaux de lecture publique. Pour autant, notre préoccupation était de partager avec vous les objectifs d'une telle coopération, ses atouts et ses faiblesses. Retour sur expérience...

dsc 0025La journée du réseau des bibliothèques organisée par la MDDS le 18 juin 2015 était intitulée : " Lecture publique : l'atout des réseaux ". Le titre de cette journée marque la position de la BDDS sur l'intérêt de la coopération entre bibliothèques, dans le cadre de réseaux locaux de lecture publique. Pour autant, notre préoccupation était de partager avec vous les objectifs d'une telle coopération, ses atouts et ses faiblesses. Retour sur expérience...

Réseaux en évolution !

Pays Vouglaisien vs Communauté d'Agglomération du Rochefortais

Les réseaux présentés en séance plénière nous semblaient représentatifs des situations territoriales rencontrées en Deux-Sèvres : un réseau en milieu rural et un réseau dans une communauté d'agglomération de taille moyenne.

Pays Vouglaisien : 15 223 h dans 13 communes, dont Vouillé : 3 266 h ; 12 bibliothèques en réseau ; 12 salariés (dont 4 professionnels de la lecture) ; 85 bénévoles ; lecteurs actifs : 18,3 % de la population ; 63 696 prêts (+ 93 % en 10 ans).

CARO : réseau Aziyadé : 63 147 h dans 25 communes, dont Rochefort : 24 698 h ; 13 bibliothèques en réseau ; 33 salariés et 33 bénévoles ; lecteurs actifs : 9,73 % de la population ; 333 200 prêts.

Leurs différences ?
Le réseau du pays Vouglaisien est né en 1996, à partir de l'initiative de bénévoles de deux bibliothèques. Les fonctions de ses animatrices sont très opérationnelles : navettes pour la circulation des documents, concertation des achats, promotion des animations, accompagnement en matière informatique et en communication.
La coopération avec la bibliothèque départementale de la Vienne (BDV) est forte, cette dernière assurant notamment l'animation du c@bri (Catalogue des bibliothèques du réseau informatisé), outil d'hébergement et de partage des données : catalogue des documents, sites internet.
Le réseau Aziyadé de la CARO est né de la volonté politique intercommunale en janvier 2013, qui a recruté une chargée de mission pour le diagnostic de la lecture publique sur son territoire, et l'élaboration d'un plan de développement.
L'animatrice du réseau gère des dispositifs au service du réseau : aides financières aux manifestations, définition d'une communication commune, pilotage de la formation.
La coopération avec la médiathèque départementale de Charente-Maritime s'est établie autour de la formation accompagnant la mise en œuvre du réseau.

Leurs points communs ?
L'épine dorsale des réseaux est constituée d'une carte unique, de la circulation des documents entre les bibliothèques et d'une tarification harmonisée.
L'animation/coordination de chacun des réseaux est assurée par une salariée intercommunale qui n'a pas de responsabilité au sein d'un équipement.
Si la tarification des services a été harmonisée, chaque réseau comprend cependant en son sein une bibliothèque qui n'a pas " joué le jeu " de la tarification unique !
Chaque responsable de réseau dispose d'un budget propre, qui lui permet de contribuer à la cohésion du réseau : l'action culturelle est abondée dans les deux cas.

Aujourd'hui, dans les deux cas, le réseau est en marche pour faire reconnaître sa participation à l'avenir du territoire. En pays vouglaisien, un travail de conventionnement est en cours de définition, appuyé par la BDV et destiné à améliorer les services pour élargir son lectorat ; au sein de l'agglomération rochefortaise, le réseau de lecture publique est associé à la réflexion sur la compétence culturelle de la CARO et négocie un Contrat Territoire Lecture avec la DRAC.

L'expérience du Thouarsais

Atelier " Politique documentaire concertée " : Thouars et Bouillé-Loretz

Les bibliothécaires de Thouars et Bouillé-Loretz sont satisfaites du fruit de leur collaboration, malgré un départ qui aurait pu être difficile, en raison d'une tarification imposée à la bibliothèque de Bouillé-Loretz, auparavant d'accès gratuit.

L'enjeu était alors d'assurer une grande qualité du service, déterminante à court terme.

Comment ça marche ?

  • Suggestions partagées, et achats concertés, à partir des attentes des lecteurs (5 paniers sur la base de référencement Electre, réunions d'acquisitions)
  • navette entre les deux bibliothèques (distantes de 15 km)
  • possibilité de déposer les documents à Thouars pour les lecteurs de Bouillé-Loretz
  • échanges de fonds, notamment faute de place à Bouillé-Loretz (ex : fonds local, romans classiques, plutôt à Bouillé-Loretz) : identification des propriétaires dans le SGBD
  • portail internet = outil concret du réseau (service de réservation)
  • focus réguliers sur certains fonds, avec de la médiation

Les + :

augmentation de l'offre documentaire...
... et nouveau service de circulation des documents entre les bibliothèques, donc adhésion du lectorat.

Les - :

la navette repose sur les bonnes relations entre les bibliothèques (pas de véhicule dédié mais un recours à un véhicule intercommunal et à son chauffeur, donc usage de véhicules personnels). Une réflexion est à venir avec d'autres services (CIAS, mairies).
Dans ce cadre, le dépôt des documents empruntés dans une bibliothèque et remis à une autre est accepté car marginal : pas les moyens aujourd'hui de répondre à un fort développement.

L'expérience de la Gâtine

Atelier " Action culturelle, ciment du réseau "

Le pays de Gâtine s'est inscrit dans les GAP (Groupements d'Appui aux Projets) créés par la BDDS et destinés à coordonner le travail des bibliothèques à l'échelle des pays. Après la disparition des GAP, la Gâtine a conservé cette volonté de faire ensemble, traduite par une opération annuelle, comprenant 15 à 20 rendez-vous autour d'une thématique commune (ex : le polar, l'Italie...) .

Pourquoi une action commune : " Histoire de lire en Gâtine " ?

  • pour fédérer les énergies et rompre l'isolement
  • pour la visibilité des bibliothèques auprès des élus et du public
  • pour démontrer que les bibliothèques sont des lieux de vie

Les + :

  • l'action a dépassé le périmètre des bibliothèques (ex : coopération avec le Nombril, à Pougne-Hérisson)
  • un groupe-projet, évolutif selon les années et tenant compte de la capacité de chacun à faire
  • le CARUG, structure porteuse du projet, assume la coordination et le financement (8 000 € dont 20 à 40 % à charge des communes)
  • la BDDS assume l'administration du projet et la création des contenus

Les - :

  • prix littéraire abandonné car sélection des ouvrages trop chronophage
  • difficulté à professionnaliser la communication (identité, respect des délais, qualité graphique des documents)
  • la coordination de bibliothèques hétérogènes qui peuvent avoir des implications différentes dans la cconstruction d'un projet

Perspectives

Cette opération évolue pour tenir compte de l'expérience passée. En 2015-16, l'opération est décalée au printemps (automne précédemment).
Les bibliothèques seront réalisatrices des actions proposées, dans le cadre de mini-tournées, et après un travail de formation commune : à suivre !

L'expérience des agences postales

Atelier " Mixité des services publics en milieu rural : une chance ? "

L'atelier présente l'expérience de deux bibliothèques, agences postales de leur commune.
L'objectif affiché par les communes était de maintenir un service public postal en campagne.

Saint-Aubin le Cloud : 1 900 habitants ; 400 m2 ; 30 h d'ouverture/semaine ; 203 lecteurs

Vernoux en Gâtine : 590 habitants ; 50 m2 ; 14 h d'ouverture/semaine ; 40 lecteurs

Comment ça marche ?

L'agence postale est ouverte toute l'année, et les congés de la bibliothécaire sont relayés par une personne en remplacement.
Les deux salariées ont suivi la formation de base d'agent de bibliothèque dispensée par la BDDS.
La poste verse une subvention à la commune pour compenser les salaires des employés.
Le travail requiert cependant une grande rigueur et de la polyvalence pour " jongler " entre les deux activités et expliquer la règle du jeu aux lecteurs.

Les + :

  • les bibliothèques – agences postales sont des créatrices de lien social au sein de la commune
  • l'animation du lieu est importante : les salariées reçoivent notamment des classes
  • L'intégration au réseau de lecture publique de la communauté de communes de Parthenay-Gâtine offre des perspectives de formation et d'échanges

Le - :
la charge de travail sur place ne permet pas de développer des animations

L'avis de la MDDS

L'avis de la Médiathèque départementale : les réseaux de bibliothèques, outils d'aménagement du territoire ?

Les expériences partagées lors de la journée du réseau du 18 juin 2015 ont des origines diverses, à l'instigation de bénévoles, de professionnels ou d'institutions. Elles répondent à des préoccupations d'élargissement de l'offre documentaire et des services - donc des usagers – de maintien d'un service public en milieu rural ou de rationalisation de moyens humains et financiers.

A l'analyse, toutes les expériences ont contribué à l'amélioration du service public de la lecture, en s'adaptant à la mobilité des habitants (ex : carte unique, circulation des documents entre bibliothèques, dépôt/retrait dans toutes les bibliothèques du réseau), ou en préservant un lieu de sociabilité dans les communes les plus petites (ex : accueil de classes, animation locale itinérante).

Tous les témoignages démontrent ainsi la pertinence de la coopération pour maintenir ou améliorer le service public de la lecture auprès des habitants. Cette coopération peut prendre des formes différentes pour répondre au mieux au besoin des habitants : réseau intercommunal par conventionnement ou prise de compétences complète (ex : bâtiment, personnel, collections...), partenariat " à la carte " autour d'un projet.

Dans tous les cas de figure, les expériences réussies se sont bâties sur la durée et dans le dialogue, et nous notons également le rôle déterminant de la mission spécifique de coordination du réseau pour en assurer la cohérence et le dynamisme.

en images...

L'album photos de la journée


logo departement

Notre newsletter

MDDS - Médiathèque des Deux-Sèvres

298, Route de Coulonges

79000 Niort

Tél. : 05 49 26 28 20

 

28, rue des Epinettes

79100 Thouars

Tél : 05 49 66 09 60