Tags : Roman

des hommes de peuDans son dernier roman, Des hommes de peu de foi, Nickolas Butler nous offre un tableau intéressant des êtres humains et de leurs faiblesses, et de très beaux passages sur l’amitié, l’amour, les différences...

Le lecteur y suit plusieurs personnages sur trois générations, un camp de scouts dans le Wisonsin étant le point commun à tous : Nelson, maigrichon, solitaire, sans cesse moqué, très doué ; à l’opposé son ami Jonathan, chef de bande, athlétique ; ses parents, à l'image des années 60, une mère qui ne travaille pas, un père autoritaire et brutal envers son fils ; Wilbur, chef gradé, puriste, rigoriste. Nelson, lassé d’être un bouc-émissaire, s’engage dans la guerre du Vietnam pour ne plus être une victime...

Jusqu’au bout, on attend de connaître le destin de ces héros. Familiers dans leur quotidien, on est proche d’eux, de leurs souffrances, de leurs émotions. L’intérêt du roman c’est autant ses personnages bien campés que les opinions de Butler sur son pays. On s’attache aux paysages magnifiques, où transparaît l’âme des USA.