Tags : Roman

enfants du diableRoumanie, années 80. Pour répondre à la devise communiste  un pays fort est un pays peuplé,  les femmes se doivent d'avoir de nombreux enfants .

Liliana Lazar nous livre avec Enfants du diable, un roman percutant et sans concession.

Elena, sage femme disciplinée et dévouée, mène au mieux sa mission d'accompagner les femmes au bout de leur grossesse. Sous le règne de Ceaucescu, moyens de contraception et avortements sont interdits et passibles de la prison. Les femmes doivent engendrer au minimum quatre enfants. Elena, visage dur, patibulaire, célibataire sans espoir de rencontrer l'âme sœur, brûle d'envie d'être mère. Elle convainc une patiente de lui confier son enfant.

Le lecteur ressent une grande empathie pour Elena, malgré sa fidélité au régime totalitaire. L'auteure apporte son éclairage engagé sur les orphelinats - les enfants du diable représentent les enfants abandonnés , maltraités dans ces maisons suite à la politique désastreuse de natalité -, sur l'arrivée des premiers européens à la mort de Ceaucescu, la chute du mur de Berlin et Tchernobyl.

Son premier roman, La terre des Affranchis, Gaïa, 2009, a été récompensé par une dizaine de prix, dont le prix des cinq continents de la Francophonie