Un homme simple

moi daniel blakeDans son dernier film, Moi Daniel BlakeKen Loach filme un charpentier de 59 ans brisé par le libéralisme sauvage britannique.

Victime d'une attaque cardiaque, Daniel Blake a été déclaré en incapacité de reprendre le travail. Pris dans les rouages Kafkaiëns de l’administration publique calquée sur les méthodes de sociétés privées, il doit prouver qu'il cherche un emploi pour continuer à toucher sa rente d'invalidité. Sur cette route tortueuse, véritable chemin de croix, il croise le chemin de Katie. Cette dernière, mère célibataire de deux enfants a été obligée d'accepter un logement à 450km de sa ville natale à moins d'être placée en foyer d’accueil.
Très vite va se développer une solidarité entre ces deux êtres.

D'humiliations ravalées en services rendus, la caméra implacable de Ken Loach alterne scènes ubuesques et moments poignants sans jamais toutefois, tomber dans le pathos. Les deux interprètes " incarnent " au sens propre et avec grand talent des gens dignes dans une société qu'on voudrait déshumaniser.

Un regard toujours perçant du maître du cinéma britannique et une palme d'Or à Cannes méritée pour ce film et l'ensemble de sa carrière.

 

Retrouvez le discours de Ken Loach à Cannes